ANDRÉ Maurice


Nom : ANDRÉ
Prénom : Maurice

Trompette, Cornet
Français
(1933 - 2012)

Commentaire :
Né le 21 mai 1933 à Alès (France) - décédé le 25 février 2012 à Bayonne (France)

Trompettiste classique de renommée internationale, professeur de trompette au Conservatoire de Paris où il a introduit l'enseignement de la trompette piccolo notamment pour le répertoire baroque, André joua et enregistra les grands concertos du répertoire avec les plus illustres maestros de son temps. Maurice André fut aussi l’inspirateur de nombreuses innovations de l'instrument, sa grande maîtrise technique et son sens artistique ayant contribué à populariser la trompette aux quatre coins du monde.

Né le 21 mai 1933 à Alès dans une famille de mineurs, Maurice André étudie le solfège à partir de 1944. Ce n’est que deux ans plus tard qu’il touche à son premier cornet, cadeau de prix, pour un père d'origine plus que modeste… Entre 14 et 18 ans, Maurice André descend à la mine tout en commençant à étudier la trompette, avec comme premier professeur son père, Marcel-Jean André. Son frère Raymond est également trompettiste et ils feront quelques concerts et enregistrements ensemble (notamment le concerto pour deux trompettes de Vivaldi).

Léon Barthelemy, secrétaire-comptable aux abattoirs d'Alès et ancien élève de trompette de Merri Franquin, dirigera le jeune André dans ses premières études musicales. Au Conservatoire de Paris, où il entre en 1951 après s'être engagé comme trompettiste dans le 8e régiment de transmissions, il est l’élève de Raymond Sabarich et obtient un premier prix d'honneur de cornet en 1952 et un premier prix de trompette l'année suivante. Maurice André entre alors dans l'orchestre symphonique de la société des conservatoires aux côtés de Louis Menardi. Il s’impose rapidement comme la figure marquante d’une génération de trompettistes français : il est trompette solo aux concerts de l'Orchestre Lamoureux (1953-1960), à l'Orchestre Philharmonique de l'ORTF (1953-1963) et à l'Opéra-Comique (1962-1967).

À l'automne 1953, Maurice André enregistre chez Erato son premier disque avec l'orchestre de Jean-François Paillard où figurent des compositeurs italiens. Il joue également au Cirque Médrano, au Théâtre Mogador et réalise de nombreux enregistrements studio parallèlement avec notamment des artistes aussi prestigieux et divers qu’Henri Salvador et Charles Trenet.

En 1955, Maurice André décroche le premier prix du Concours international d'exécution musicale de Genève. Il joue en soliste et sa carrière décolle internationalement après le premier prix qu’il remporte au Concours international de musique de l'ARD Munich en 1963. Grâce à ces deux succès, il est invité par les plus grands chefs d'orchestre en tant que soliste. Il enchaîne concerts après concerts et brille dans l'interprétation redoutable du Deuxième Concerto Brandebourgeois de Bach. Un morceau qui deviendra son « signe de reconnaissance » avec la Badinerie de la Suite en Si mineur.

De 1967 à 1978, Maurice André est professeur au Conservatoire de Paris succédant à son maître Raymond Sabarich, il y introduit la petite trompette (piccolo) pour le répertoire baroque. Il y forme plus de cent trompettistes, parmi lesquels Bernard Soustrot, Guy Touvron, Éric Aubier, Thierry Caens, Jean-Paul Leroy et Pierre Palas, professeur de cornet-trompette à l'école intercommunale de musique de Saint Junien. Il jouera avec les plus grands chefs : Jean-François Paillard (selon ses propres dires, le chef dont il épousait totalement les options artistiques), Richter, Karajan, Münchinger, Riccardo Muti, Plasson, Mackerras, Böhm, Bernstein, etc.

En 1980, la célèbre et très populaire émission de Jacques Chancel Le Grand Échiquier lui ouvre les portes du grand public. Au disque, Maurice André ne cessera d’être plus qu’actif avec plus de 255 enregistrements dont près de 50 réalisés avec l'orchestre de chambre Jean-François Paillard. Malgré cette carrière pleine de succès, il n'oubliera jamais ses origines modestes auxquelles il fera référence à chaque concert et lors des émissions de télévision. Il a notamment enregistré de nombreux airs populaires avec la même exigence que pour les grands concertos classiques.

En 2003, Maurice André est reconnu par ses pairs comme étant le trompettiste du siècle, le XXe. Il avait fait ses adieux lors d’un dernier concert le 9 octobre 2008, en la cathédrale Saint-Nazaire de Béziers, à l'âge de 75 ans.

Liste des interprétations de ANDRÉ Maurice
CompositeurType d'oeuvreOeuvreClassificationPhoto
ALBINONI Tomaso Concerto Concerto pour hautbois & cordes n° 2 Op. 9/ 2 (T. 9/2)
BACH Johann Sebastian Concerto Concerto brandebourgeois n° 2 BWV 1047
CORRETTE Michel Concerto Concerto comique n° 3 "Margoton"
CORRETTE Michel Concerto Concerto comique n° 12 "La Découpure"
CORRETTE Michel Concerto Concerto comique n° 7 "La Servante au bon tabac"
CORRETTE Michel Concerto Concerto comique n° 10 "Ma mie Margot"
HUMMEL Johann Nepomuk Concerto Concerto pour trompette  
MARCELLO Alessandro Concerto Concerto pour hautbois, cordes & b.c. SF 935 (Op. 1)
TELEMANN Georg Philipp Concerto Concerto pour trompette, cordes & b.c. TWV 51:D 7
VIVALDI Antonio Concerto Concerto pour 2 trompettes RV 537