DI STEFANO Giuseppe


Nom : DI STEFANO
Prénom : Giuseppe

Ténor
Italien
(1921 - 2008)

Commentaire :
Né le 24 juillet 1921 à Motta Sant'Anastasia (Sicile, Italie) - décédé le 3 mars 2008 à Santa Maria Hoè (au nord de Milan, Italie)
Giuseppe Di Stefano est le fils unique d'un ancien carabiniere devenu cordonnier et d'une couturière. Sa famille fait de gros sacrifices pour qu'il puisse suivre des cours de chant au séminaire de la rue Avialdo à Milan où il envisage un temps de devenir prêtre. Il se présente et gagne deux concours de chant l'un à Milan et l'autre à Florence en 1938. Pendant cette période, il chante, également, dans des cafés, des restaurants (Odeon, Milan) et des cinémas (Cristallo, Milan).

Surnommé Pippo par ses amis, il réalise pendant vingt-cinq ans une brillante carrière qui se déroule entre les années 1940 et 1975.

En 1940, il a comme professeur le baryton Luigi Montesanto, mais la guerre vient interrompre ses études. Pendant trois ans, il est prisonnier en Allemagne ; il s'échappe en 1943, passe en Suisse où il est accueilli dans un camp de réfugiés à Vidy (près de Lausanne) et est remarqué lors d'une émission réalisée en direct du camp. La direction de Radio-Lausanne obtient qu'il puisse travailler sa voix et participe à certaines émissions. À la fin de la guerre, il revient à Milan et reprend ses leçons avec Montesanto. Il enregistre des chansons italiennes en avril 1946, sous le nom de Nino Florio. Puis quelques jours plus tard, et avec l'aide de Liduino Bonardi, un directeur réputé, il fait son début professionnel au Théâtre municipal de Reggio d'Émilie le 20 avril 1946 dans le rôle de Des Grieux de la Manon de Jules Massenet.

Il devait bientôt être connu dans l'ensemble de l'Italie et apparaître en 1946 à Venise (Les Pêcheurs de perles), Gênes (Rigoletto), Lugo (L'Amico Fritz, Rigoletto, La Traviata), Reggio d'Émilie (L'Amico Fritz), Bologne (La sonnambula), Plaisance (Manon), Ravenne (Manon, La Traviata) et Césène (Manon). Il est également apparu au Liceu à Barcelone ouvrant la saison avec Manon en mars, La sonnambula et Rigoletto en décembre et janvier 1947. Il fait également ses débuts à la Scala de Milan avec Manon en 1947. De 1948 à 1951, il obtient d'énormes succès au « Met » (Metropolitan Opera) de New York avec le rôle du Duca di Mantova (Rigoletto). L'Opéra de Vienne, Covent Garden, Paris, Chicago, San Francisco, Mexico, Buenos Aires, Rio de Janeiro et Johannesbourg se l'arrachent. Il participe au Festival de Vérone (1950) dans Les Pêcheurs de perles de Bizet.

Sa carrière triomphale commence en septembre 1951 avec une rencontre spectaculaire avec Maria Callas et Tito Gobbi. Une autre soirée spectaculaire a lieu en mai de l'année suivante au Palacio de Bellas Artes à Mexico, quand Di Stefano chante encore avec Callas dans I puritani. À Noël 1952, ils sont ensemble à Milan pour La Gioconda à La Scala. Un grand moment dans sa carrière est venu avec Lucia di Lammermoor dirigée par Herbert von Karajan à La Scala en janvier 1954. Lucia est jouée par Maria Callas. Ses débuts sur le sol britannique remontent à 1957 où il chante, au Festival international d'Édimbourg, le rôle de Nemorino de l'Elisir d'amore de Donizetti. Quatre ans plus tard, il est Cavaradossi (Tosca, Puccini) à Covent Garden et au Royal Opera House de Londres.

Durant des années, sa carrière sera liée à celle de Maria Callas dont il est le partenaire principal et avec laquelle il enregistre un très grand nombre de disques. Berlin-Ouest l'engage pour chanter Le Pays du sourire qui remporte un réel succès et l'ouvrage sera représenté dans toute l'Amérique du Nord. Il retrouve Maria Callas (avec laquelle il était à l'époque très lié affectivement) pour mettre en scène Les Vêpres siciliennes pour la réouverture du Théâtre Régio de Turin puis pour effectuer une tournée de concerts qu'ils interrompent brusquement en 1974. En juin 1992, il a chanté le rôle de l'empereur dans Turandot dans les thermes de Caracalla à Rome.

Il subit une sévère agression au Kenya en 2004 dans sa villa familiale de Diana. Hospitalisé à Mombasa, il ne se remet pas de ses blessures et reste totalement invalide. Il décède de ces blessures à sa résidence de Santa Maria Hoè au nord de Milan le 3 mars 2008, âgé de 86 ans.

Giuseppe Di Stefano fut un ténor lyrique à la passion et au charme typiquement sicilien, inoubliable pour ses remarquables Cavallerie Rusticane (Pietro Mascagni) et surtout son émouvant Pagliacci (Ruggero Leoncavallo).

Il a à son actif une importante discographie, dirigée par les principaux chefs de l'époque, de Victor De Sabata, Tullio Serafin, Antonino Votto, jusqu'à Herbert von Karajan. Ses interprétations les plus appréciées sont celles du direct. Il faut citer l'enregistrement célèbre de Tosca sous la direction de Victor de Sabata, cette fois avec Callas et Tito Gobbi, complétés par l'enregistrement renommé du Requiem de Verdi en août 1953 (repris en juin 1954 à Vérone avec comme solistes : Di Stefano, Schwarzkopf, Dominguez et Siepi). À partir des années soixante, il a tenu des séminaires et donné des classes de maître notamment en 1975 à Spoleto pour les vainqueurs du concours national A. Belli où il a enregistré un air de la Bohème de Puccini.

Liste des interprétations de DI STEFANO Giuseppe
CompositeurType d'oeuvreOeuvreClassificationPhoto
BIZET Georges Opéra Pêcheurs de perles (les)  
MASSENET Jules Opéra Manon  
PUCCINI Giacomo Opéra Tosca  
VERDI Giuseppe Opéra Traviata (la)  
VERDI Giuseppe Opéra Forza del destino (la) [?]  
VERDI Giuseppe Opéra Traviata (la)  
VERDI Giuseppe Requiem Missa da Requiem