DEBUSSY Claude


Nom : DEBUSSY
Prénom : Claude
Nationalité : Français
Date de naissance : 1862
Date de mort : 1948
Commentaire :
Né le 22 août 1862 à Saint Germain en Laye (France) - mort le 25 mars 1918 à Paris (France)

Né à Saint-Germain-en-Laye le 22 août 1862, rien ne prédestine Achille-Claude Debussy à faire carrière dans la musique. D’un milieu démuni, ses parents tiennent un commerce peu fructueux de faïences qui fait faillite alors qu’il n’est âgé que de 2 ans.

Son éducation est globalement forgée par le mode de vie parental impliquant de multiples déménagements et des emplois précaires : il ne va pas à l’école et son enseignement est assuré par sa mère. À Cannes, encouragé par sa tante, le jeune Achille-Claude prend des leçons de piano auprès de Jean Cerrutti qui ne lui décèle cependant pas de disposition particulière.
La situation de la famille s’aggrave lorsque le père s’engage dans la garde nationale à l’heure de la Commune de Paris, en laissant sa famille à Cannes. Promu capitaine, il est arrêté par les troupes de Mac Mahon, puis condamné à quatre ans de prison et une privation de ses droits civiques.
Au cours de sa détention, son père se lie d’amitié avec un musicien autodidacte et chef d’orchestre, qui lui suggère de confier Claude à sa mère, la pianiste Mme Mauté de Fleurville. Après un an de leçons à ses côtés, Debussy âgé de 10 ans seulement entre au Conservatoire de Paris en 1872 où son intégration est difficile. Timide, indiscipliné et maladroit, il dénote parmi les élèves de la classe de piano, si bien qu’il préfère s’orienter vers la composition où se déploie véritablement son tempérament d’artiste.

Il compose ses premières mélodies en 1879 sur des textes d'Alfred de Musset (Madrid, Ballade à la lune) puis ses premières œuvres pour piano.
En 1884, il remporte le prix de Rome pour sa cantate L’Enfant Prodigue et intègre la Villa Médicis pour 3 ans. Son anticonformisme lui vaut quelques déconvenues. Ses travaux envoyés à l’Académie des Beaux-Arts peinent à être reconnus et sont jugés « bizarres, incompréhensibles et impossibles à exécuter ».

Il préfère composer pour sa maîtresse restée à Paris, Marie Vasnier (La Romance et Les Cloches, 1885). Durant son séjour, il rencontre Liszt et Verdi. En 1887, il démissionne et s’en retourne à Paris. Là-bas, il fréquente les cercles du poète Mallarmé et se lie d’amitié avec Robert Godet et Paul Dukas.
Ses fréquentations nouvelles nourrissent sa musique et il entreprend de composer sur des textes de Charles Baudelaire (Cinq poèmes de Baudelaire). En 1888, il voyage vers Bayreuth où il se familiarise avec l’œuvre de Wagner : il s’imprègne des codes de l’opéra allemand pour mieux s’en distancier. La même année, il compose la cantate La Damoiselle élue, sur un livret de Dante Gabriel Rossetti. L’Exposition Universelle de 1889 lui laisse également une empreinte stylistique indélébile : il se passionne pour les musiques d’Extrême-Orient, notamment l’orchestre gamelan (un ensemble majoritairement composé de percussions) et ne tarde pas à imprégner ses compositions de ces sonorités orientales.
En 1890, il compose son premier succès, la Suite bergamasque pour piano dont est extrait le célèbre Clair de Lune. Sur la base d’un poème de Mallarmé, il compose le Prélude à l’après midi d’un faune, suite pour orchestre grâce à laquelle il affirme son langage musical extra-vagant.
Après une première présentation peu saluée par la critique, l’œuvre se popularise et séduit dans toute l’Europe. La fusion poétique et musicale est une recette à succès qu’il emploie par la suite pour son premier opéra, Pelléas et Mélisande, sur un livret de l’auteur Maurice Maeterlinck.
À nouveau, son style déconcerte au cours de premières représentations désastreuses de l’œuvre à l’Opéra Comique, en 1902. Mais les premières déconvenues passées, l’opéra obtient une reconnaissance internationale. De 1902 et 1904, il compose l’œuvre symphonique La Mer. Dans le même temps, il exerce comme critique musical dans une revue bien connue des cercles artistiques de l’époque, La Revue Blanche, sous le pseudonyme de Monsieur Croche.

En 1905 naît sa fille Claude-Emma, surnommée “Chouchou”, à qui il dédiera en 1908 une suite pour piano, Children’s Corner. Dans le même temps, il poursuit ses mises en musique de poèmes de ses contemporains et se lie avec le jeune Igor Stravinsky.

Dès 1910, son état de santé se dégrade du fait d’un cancer du rectum, et son quotidien est alors marqué par la souffrance. En 1911, il met le point final au Martyre de saint Sébastien, la dernière de ses œuvres lyriques achevées. Entre autres projets de sonates de musique de chambre, il entreprend l’écriture de deux opéras basés sur les nouvelles d’Edgar Allan Poe, La Chute de la maison Usher et Le Diable dans le Beffroi.
Ces pièces resteront inachevées car Debussy décède des suites de sa maladie le 25 mars 1918.
Liste des oeuvres du compositeur Afficher la liste des oeuvres présentent sur des cd Afficher toutes les oeuvres
Danse pour piano (valse, polka, galop, menuet...) L 71 Valse romantique
Lied, Chanson, Mélodie, Song L 76 Angélus (les)
Lied, Chanson, Mélodie, Song L 53 Apparition
Lied, Chanson, Mélodie, Song L 6 Beau soir
Lied, Chanson, Mélodie, Song L 90 Chansons de Bilitis
Lied, Chanson, Mélodie, Song L 29 Mandoline
Musique de ballet L 128 Boîte à joujoux (la)
Oeuvre orchestrale L 122 Images pour orchestre
Oeuvre orchestrale L 109 Mer (la)
Oeuvre orchestrale L 91 Nocturnes pour orchestre
Oeuvre orchestrale L 86 Prélude à l'après-midi d'un faune
Oeuvre pour 2 pianos, à 4 mains, à 6 mains L 103 (transcription) Danse sacrée et danse profane
Oeuvre pour 2 pianos, à 4 mains, à 6 mains L 134 En blanc et noir
Oeuvre pour 2 pianos, à 4 mains, à 6 mains L 97 Lindaraja pour 2 pianos
Oeuvre pour 2 pianos, à 4 mains, à 6 mains L 91 (transcription) Nocturnes (3) pour deux pianos
Oeuvre pour 2 pianos, à 4 mains, à 6 mains L 86 (transcription) Prélude à l'après-midi d'un faune pour 2 pianos
Oeuvre pour flûte solo L 135 Syrinx
Oeuvre pour instrument solo & orchestre L 103 Danses pour harpe & orchestre
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 66/1 Arabesque n° 1
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 66/2 Arabesque n° 2
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 70 Ballade slave
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 132 Berceuse héroïque
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 113 Children's corner
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 69 Danse "Tarentelle styrienne"
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 9 Danse bohémienne
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 131 Epigraphes antiques (6)
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 100 Estampes
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 115 Hommage à Haydn
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 110 Images (Livre I)
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 111 Images (Livre II)
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 106 Isle joyeuse (l')
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 124 Martyre de Saint Sébastien pour piano solo
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 105 Masques
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 67 Mazurka
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 82 Nocturne
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 114 Petit nègre (le)
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 117 Préludes pour piano - Livre I
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 123 Préludes pour piano - Livre II
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 68 Rêverie
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 95 Suite : pour le piano
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo L 75 Suite bergamasque
Quatuor L 85 (Op. 10) Quatuor à cordes n° 1
Sonate, Sonata L 137 Sonate pour flûte, alto & harpe
Sonate, Sonata L 140 Sonate pour violon & piano n° 3
Sonate, Sonata L 135 Sonate pour violoncelle & piano n° 1