MORALES (de) Cristobal


Nom : MORALES (de)
Prénom : Cristobal
Nationalité : Espagnol
Date de naissance : 1500
Date de mort : 1553
Commentaire :
v. 1500 Séville - 1553 Malaga
Compositeur espagnol, il reçut une éducation très complète (ses préfaces dénotent une excellente connaissance du latin). Maître de chapelle de la cathédrale d'Avila de 1526 à 1530, il fut ensuite, grâce l'intérêt que lui témoigna le pape Paul III, ténor de la chapelle papale à Rome de 1535 à 1545. Cette situation lui permit de faire entendre sa musique aux grands de ce monde, tant à Rome qu'hors d'Italie. C'est ainsi qu'à Nice, pour célébrer la trêve conclue entre François Ier et Charles Quint par l'intermédiaire du pape Paul III, Morales fit exécuter par ses chanteurs un motet d'amples dimensions, Jubilemus omnis terra. De retour en Espagne, il devint maître de chapelle à Tolède, mais, malade et endetté, il donna sa démission deux ans plus tard. Il accepta en 1551 un nouveau poste de maître de chapelle, cette fois à Malaga, mais demanda rapidement à reprendre ses anciennes fonctions à Tolède. Il mourut avant d'avoir pu obtenir satisfaction sur ce point.Cristobal de Morales est le premier compositeur espagnol de musique sacrée à avoir atteint une renommée européenne, et même internationale (sa musique fut jouée en 1559, au service commémoratif de la mort de Charles Quint). Ses oeuvres font la synthèse de la technique polyphonique franco-flamande et de la musique espagnole populaire et savante. Son style se rapproche de celui de Josquin des Prés, auquel il rendit hommage en paraphrasant la chanson Mille regrets dans la messe du même nom. Sa musique, éditée aussi bien en Italie (à Venise chez Scotto et Gardane) qu'en Espagne, influença de nombreux compositeurs de la péninsule, parmi lesquels son élève Francisco Guerrero.
Ses oeuvres furent également adaptées au luth par divers musiciens, dont l'Espagnol Miguel Fuenllana.
C'est probablement cette renommée internationale qui explique pourquoi il est le seul musicien étranger cité par Rabelais dans le prologue du Quart livre. Trois ans après Rabelais, le théoricien espagnol Juan Bermudo, dans sa Declaracion de instrumentos musicales (Osuna, 1555), décrit Morales comme la "lumière de l'Espagne".

Liste des oeuvres du compositeur Afficher la liste des oeuvres présentent sur des cd Afficher toutes les oeuvres
Messe Missa de Beata Virgine
Musique de chambre diverse Clamabant autem mulieres
Salve Regina Salve Regina