FAURÉ Gabriel


Nom : FAURÉ
Prénom : Gabriel
Nationalité : Français
Date de naissance : 1845
Date de mort : 1924
Commentaire :
Né le 12 mai 1845 à Pamiers (France) - mort le 4 novembre 1924 à Paris (France)

Gabriel Fauré est un compositeur français

Il est le plus jeune des six enfants de Toussaint-Honoré Fauré (1810-1885) et de Marie-Antoinette-Hélène Lalène-Laprade (1809-1887). En 1849 la famille s'installe près de Foix, à Montgauzy où Toussaint-Honoré est nommé directeur de l'École normale. Fauré prend l'habitude de jouer l'harmonium de la chapelle, jouxtant l'école, il est conseillé par une vieille dame aveugle.

En octobre 1854, après avoir obtenu une bourse, Fauré entre à l'École de musique classique et religieuse de Paris, communément appelée École Niedermeyer. En plus des études générales, il suit des cours d'orgue (Clément Loret), d'harmonie (Louis Dietsch), de contrepoint et de fugue (Xavier Wackenthaler), de piano de plain-chant et de composition (Niedermeyer).

Entre mars et août 1870 il est organiste (orgue de chœur) à l'église Notre-Dame-de-Clignancourt de Paris, il s'enrôle dans la Garde Impériale le 16 août (guerre franco-prussienne) et participe à plusieurs engagements dans la région parisienne.

Le 25 février 1871, un mois après la capitulation, il participe à la création de la Société Nationale de Musique (avec César Franck, Ernest Guiraud, Camille Saint-Saëns, Jules Massenet, Henri Duparc, Jules Garcin Théodore Dubois, Paul Taffanel et Romain Bussière). Il habite alors avec son frère Arnaud à Paris (45 rue des Missions). Il est démobilisé le 9 mars 1871.

Il est pendant quelques semaines organiste de l'église Saint-Honoré d'Eylau dans le XVIème arrondissement de Paris. Pendant la Commune de Paris il réside à Rambouillet, l'été, il enseigne la composition à Cours-sous-Lausanne (en Suisse), où l'École Niedermeyer est réfugiée.

Il est de retour à Paris en octobre. Il tient l'orgue du chœur de l'église Saint-Sulpice, où Widor tient le grand orgue.

Il fréquente le salon de Saint-Saëns où se rencontre la société musicale parisienne, et au cours de l'année 1872, Saint-Saëns l'introduit dans le salon de Claudine Viardot, où il rencontre, en plus des fondateurs de la Société Nationale de Musique, Renan, Gounod, George Sand ou Flaubert.

En 1874, il est suppléant de Saint-Saëns à l'église de la Madeleine (Messager le remplace à Saint-Sulpice), et il déménage rue de Parme. Il est élu le 22 novembre 1874, Secrétaire de la Société Nationale de Musique.

En avril 1877 Théodore Dubois remplace Saint-Saëns au grand orgue de la Madeleine, Fauré est nommé maître de chœur. Il est fiancé quelques temps à Marianne Viardot, la fille de Pauline. Il compose à cette époque sa Première sonate pour violon, son Premier quatuor avec piano et la Ballade pour piano.

En décembre 1877 il est à Weimar où il rencontre Liszt qui trouve sa Ballade trop difficile à jouer.

En avril 1879 il est à Cologne où il assiste à la représentation de l'Or du Rhin et de La Walkyrie. Il passe l'été 1881 à Villerville en Normandie et y compose sa Messe basse pour chœur de femmes. En 1882, il rencontre de nouveau Liszt à Zürich.

Il se marie le 27 mars 1883 avec Marie Frémiet, la fille d'un sculpteur en vogue. Ils ont deux fils, Emmanuel (1883-1971) et Philippe (1889-1954).

Pour subvenir aux besoins de sa famille, il organise un service journalier à la Madeleine (son «travail de mercenaire»), et donne des leçons de piano et d'harmonie.

Ses musiques lui rapportent peu, son éditeur, qui vend ses partitions 50 francs pièce, ayant tous les droits.

En 1886, il achève son second quatuor avec piano.

En 1885 l'Institut lui décerne le prix Chartier pour sa musique de chambre.

Le 16 janvier 1888, il dirige des esquisses de son Requiem à l'occasion des obsèques de H. Lesoufaché à l'église de la Madeleine. En mars 1888, il fait un premier voyage à Bayreuth en compagnie de Messager et y retrouve Debussy et Bréville.

En mai-juin 1891, il séjourne à Venise, où il est reçu par la princesse de Polignac, puis demeure brièvement à Florence. Il a une liaison avec Emma Bardac, qui sera la seconde épouse de Debussy. Il lui dédicace La bonne chanson et le Salve regina.

Le premier juin 1892, il est nommé inspecteur des conservatoires nationaux en province, en remplacement d'Ernest Guiraud. Il entame une longue série de voyages à Londres, où il se rendra chaque année jusqu'en 1900 (où ses amis les Maddisons, Frank Schuster et John Singer Sargent, organisent des concerts privés).

Le 21 janvier 1893, une première version de son Requiem est donnée à l'église de la Madeleine (il ne sera finalisé dans son orchestration qu'en 1900), et le 26 octobre, pour les obsèques de Charles Gounod, il dirige la maîtrise alors que Saint-Saëns tient le grand orgue.

Le 19 mai 1894, il est candidat à l'Institut, mais Théodore Dubois est élu par 20 voix contre 4.

Le 10 Janvier 1896, il tient le grand orgue pour les obsèques de Paul Verlaine, et le 2 juin il succède à Théodore Dubois au grand orgue de l'église de la Madeleine. Il subit un nouvel échec à l'Institut, Charles Lenepveu est élu par 19 voix contre 4.

La même année, en octobre il succède à Massenet à la classe de composition du Conservatoire de musique. Ce poste lui avait été refusé quatre ans auparavant, car Ambroise Thomas trouvait sa musique trop révolutionnaire. Il a comme élèves Ravel, Florent Schmitt, Koechlin, Louis Aubert, Roger-Ducasse, Enescu, Paul Ladmirault, Nadia Boulanger, Émile Vuillermoz.

En 1898, il compose une musique de scène pour la version anglaise de Pelléas et Mélisande de Maeterlinck (pour petit orchestre, qui est orchestré par Koechlin). Le 12 juillet, dans le cadre de l'Exposition universelle, son Requiem dans sa version chœur et orchestre est donnée sous la direction de Paul Taffanel.

Les 27 et 28 août 1900 il crée Prométhée à Béziers, dans un théâtre de plein-air devant 15.000 spectateurs. Cette œuvre est conçue pour trois ensembles de cuivres, 100 cordes, 12 harpes, chœurs et solistes. Cette œuvre sera redonnée au même endroit les 25 et 27 août 1901, et à Paris les 5 et 15 décembre 1907. Avec l'aide de Roger Ducasse, il en réalise une version pour orchestre symphonique qui est créée à l'Opéra de Paris le 17 mai 1917. C'est au cours de la première, à Béziers qu'il rencontre la pianiste Marguerite Hasselmans (sœur du violoncelliste et chef d'orchestre Louis Hasselmans) qui restera sa compagne.

De 1903 à 1921 il est critique musical au Figaro.

Le 5 avril 1903 il est fait Officier de la Légion d'honneur. Pendant l'été, il est sujet aux premiers troubles auditifs.

Entre 1904 et 1913 il enregistre une série de rouleaux pour la société Hupfeld and Welte-Mignon dont on a conservé ou réédité : 3ème Romance sans paroles, 1ère Barcarolle, 3ème Prélude, Pavane, 3ème Nocturne, Sicilienne, Thème et variations, 1ère, 3ème et 4ème Valses-caprices.

Le 15 juin 1905, il succède à Théodore Dubois à la direction du conservatoire de musique de Paris. Il y entreprend quelques réformes qui lui valent le surnom de « Robespierre ».

Il est élu en 1909 à l'Institut au fauteuil laissé vacant par Ernest Reyer.

En 1910 il entreprend un tournée de concerts qui le mène à Saint-Pétersbourg, Helsinki et Moscou.

La première de Pénélope le 10 mai 1913 à Paris est un triomphe, mais la faillite du Théâtre des Champs-Élysées, au mois d'octobre, interrompt les représentations, et la première guerre mondiale ne laisse pas envisager une reprise dans un autre théâtre.

En 1917 il est élu président de la Société Nationale de Musique. Le 26 avril il est fait Grand officier de la Légion d'honneur, et en octobre 1920, quitte la direction du Conservatoire. Le 20 juin 1922, on lui rend un hommage nationale à la Sorbonne.

Le 31 janvier 1923 il reçoit la Grande croix de la Légion d'honneur.

(sources : musicologie.org)


Liste des oeuvres du compositeur Afficher la liste des oeuvres présentent sur des cd Afficher toutes les oeuvres
Cantique Op. 11 Cantique de Jean Racine
Duo Op. 75 Andante pour violon & piano
Duo Op. 16 Berceuse pour violon & piano
Duo Op. 56 Dolly
Duo Op. 79 Fantaisie pour flûte & piano
Duo Morceau de concours pour flûte & piano
Duo Morceau de lecture à vue pour violon & piano
Duo Op. 77 Papillon pour violoncelle & piano
Duo Op. 28 Romance pour violon & piano
Duo Op. 69 Romance pour violoncelle & piano
Duo Op. 78 Sicilienne pour violoncelle & piano
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. 7/1 Après un rêve
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. 8/1 Au bord de l'eau pour voix & piano
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. 18/3 Automne
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. 23/1 Berceaux (les)
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. 27/1 Chanson d'amour
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. Posth Chanson de Mélisande
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. 46/2 Clair de Lune
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. 58/1 Mandoline
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. 18/1 Nell
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. 83/2 Soir
Lied, Chanson, Mélodie, Song Op. 6/2 Tristesse pour voix & piano
Messe Messe des pêcheurs de Villerville (version avec orchestre de chambre)
Musique sacrée diverse Op. 67/2 Ave Maria
Musique sacrée diverse Op. 65/1 Ave Verum
Musique sacrée diverse Op. 55 Tantum ergo
Oeuvre orchestrale Op. 50 Pavane
Oeuvre pour choeur et orchestre En prière
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 19 Ballade
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 26 Barcarolle n° 1
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 41 Barcarolle n° 2
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 42 Barcarolle n° 3
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 44 Barcarolle n° 4
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 66 Barcarolle n° 5
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 70 Barcarolle n° 6
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 90 Barcarolle n° 7
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 96 Barcarolle n° 8
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 101 Barcarolle n° 9
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 104/2 Barcarolle n° 10
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 105/1 Barcarolle n° 11
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 105/2 (Op. 106 bis) Barcarolle n° 12
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 116 Barcarolle n° 13
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 33/1 Nocturne pour piano n° 1
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 33/2 Nocturne pour piano n° 2
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 33/3 Nocturne pour piano n° 3
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 36 Nocturne pour piano n° 4
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 37 Nocturne pour piano n° 5
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 63 Nocturne pour piano n° 6
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 74 Nocturne pour piano n° 7
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 84/8 Nocturne pour piano n° 8
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 97 Nocturne pour piano n° 9
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 99 Nocturne pour piano n° 10
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 104/1 Nocturne pour piano n° 11
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 107 Nocturne pour piano n° 12
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 119 Nocturne pour piano n° 13
Opéra Pénélope
Ouverture, Suite pour orchestre Op. 112 Masques et bergamasques
Ouverture, Suite pour orchestre Op. 80 Péléas et Mélisande
Quintette Op. 115 Quintette pour piano & cordes n° 2
Requiem Op. 48 Requiem
Sérénade, Serenata Op. 98 Sérénade pour violoncelle & piano
Sonate, Sonata Op. 24 Elégie pour violoncelle & piano
Sonate, Sonata Op. 13 Sonate pour violon & piano n° 1
Sonate, Sonata Op. 108 Sonate pour violon & piano n° 2
Sonate, Sonata Op. 109 Sonate pour violoncelle & piano n° 1
Sonate, Sonata Op. 117 Sonate pour violoncelle & piano n° 2
Trio Op. 120 Trio pour piano, violon & violoncelle