NIELSEN Carl


Nom : NIELSEN
Prénom : Carl
Nationalité : Danois
Date de naissance : 1865
Date de mort : 1931
Commentaire :
Né le 9 juin 1865 à Nørre Lyndelse en Fionie près d'Odense (Danemark) — Décédé le 3 octobre 1931 à Copenhague (Danemark)

Carl Nielsen est un compositeur danois et le plus important des compositeurs scandinaves avec Edvard Grieg et Jean Sibelius. Il est issu d'une famille nombreuse et très modeste. Son père était ouvrier agricole, mais officiait aussi comme musicien du village et il apprit à jouer du violon à ses enfants.

En 1879, il est élève dans un orchestre militaire à Odense où il joue du clairon et du trombone. A cette époque il suit des cours privés de violon, de théorie et de piano. Il joue dans un quatuor.

De 1884 à 1887 il étudie le violon avec V. Toften, la théorie avec O. Rosenhoff, et l'histoire de la musique avec N. W. Gade au Conservatoire de Copenhague. Il effectue plusieurs voyages d'étude en Allemagne et en Autriche où il rencontre Brahms, en France et en Italie.

De retour à Copenhague, il est violoniste à l'orchestre du théâtre royal de 1889 à 1905, puis de 1908 à 1914, il y est chef d'orchestre.

De 1915 à 1927, il est chef d'orchestre à la société Musikfoeningen où il crée la plupart de ses oeuvres.

En 1916 il est nommé professeur au Conservatoire dont il devient le directeur en 1931.

Carl Nielsen épousa la peintre et sculpteur Anne Marie Carl-Nielsen (née Brodersen) et ils eurent une fille Anne Marie Frederikke Telmanyi.

Il a écrit six symphonies dont les trois dernières témoignent d'une puissance expressive inégalable (les adagios de la quatrième et de la sixième anticipient sur ceux des symphonies de Dmitri Chostakovitch et comptent parmi les plus déchirants du XXe siècle), tout comme d'une violence mâtinée d'humour noir (dernier mouvement de la quatrième, premier mouvement de la cinquième) telle que ne l'égalera, difficilement, là aussi, que l'école russo-soviétique. Nielsen, qui était également violoniste virtuose, a aussi écrit un remarquable concerto pour cet instrument ; l'œuvre fut redécouverte par Yehudi Menuhin. Il a également écrit des ballets (Aladdin, pour grand orchestre et chœurs mixtes), des opéras (Saül et David) et des lieder.

Contrairement à celui de son contemporain Sibelius, le langage harmonique de Nielsen ne s'enrichit pas d'une inspiration populaire, et sa musique n'est pas à l'écoute de la nature. Nielsen se considérait comme un héritier du classicisme et de Johannes Brahms, dont il émulait la rigueur dans la construction et l'absence de sentimentalisme. Il exprime cependant dans ses trois dernières symphonies, écrites entre 1914 et 1925, l'angoisse et les déchirements de son temps, ainsi aussi, dans le deuxième mouvement de la dernière symphonie, son scepticisme vis-à-vis des nouveaux courants musicaux de son époque. Le triptyque que forment ces trois chefs-d'œuvre n'est en rien inférieur, du point de vue de l'unité spirituelle et de l'homogénéité de l'inspiration, au groupe des symphonies n°4, 5 et 6 de Piotr Ilitch Tchaïkovski et à celui, plus analogue encore, des symphonies n°5, 6 et 7 de Gustav Mahler.


Liste des oeuvres du compositeur Afficher la liste des oeuvres présentent sur des cd Afficher toutes les oeuvres
Concerto FS 129 (Op. 57 ) Concerto pour clarinette et orchestre
Concerto FS 119 Concerto pour flûte
Ouverture, Suite pour orchestre FS 6 (Op. 1) Petite suite pour ensemble à cordes
Poème symphonique FS 46 (Op. 39) Saga-Drøm 'le Rêve de Gunnar'
Quintette FS 100 (Op. 43) Quintette à vents
Symphonie FS 16 (Op. 7) Symphonie n° 1
Symphonie FS 29 (Op. 16) Symphonie n° 2 "quatre tempéraments"
Symphonie FS 60 (Op. 27) Symphonie n° 3 "Espansiva"
Symphonie FS 76 (Op. 29) Symphonie n° 4 "Inextinguible"
Symphonie FS 97 (Op. 50) Symphonie n° 5
Symphonie FS 116 Symphonie n° 6 "Sinfonia Simplice"