ALFANO Franco


Nom : ALFANO
Prénom : Franco
Nationalité : Italien
Date de naissance : 1876
Date de mort : 1954
Commentaire :
Né le 8 mars 1876 à Posipilo près de Naples (Italie) - décédé le 27 octobre 1954 à San Remo (Italie)

Il suivit très tôt des cours de piano et de composition au conservatoire San Pietro à Majella. A l’âge de 20 ans il se rendit à Leipzig où il étudia avec le compositeur Solomon Jadassohn. Après avoir terminé ses études, il s’installa à Paris en 1899 où il composa deux ballets à succès pour les Folies Bergère. Il commença à enseigner au Liceo Musicale de Bologne en 1916 avant d’en assurer la direction en 1918.

Risurrezione (1902), opéra vériste tiré d’un roman de Tolstoi marqua les débuts de la carrière opératique d’Alfano. L’oeuvre était le fruit d’un jeune compositeur au talent prometteur; Alfano n’avait que vingt-huit ans lors de sa création. Ce n’était pourtant ni son opéra le plus original ni le plus significatif musicalement parlant mais il connut toutefois un grand succès, peut-être en raison de ses attaches stylistiques avec les oeuvres de Puccini ou Giordano. L’opéra atteint sa 1000ème représentation en Italie en 1951.

Alfano composa plusieurs autres opéras entre 1902 et 1930 mais la plupart d’entre eux echouèrent. Zilah (1907) et L’ombra di Don Giovanni (1913) furent critiqués pour leur livret et le public n’accorda pas plus d’intérêt à Madonna Imperia (1927) et L’ultimo Lord (1930). Pourtant, c’est durant cette période difficile de lutte et d’expérimentation qu’Alfano composa ce qui est aujourd’hui considéré comme son oeuvre la plus importante, La Leggenda di Sakuntala (1921). La partition d’orchestre fut perdue pendant la Seconde Guerre Mondiale mais Alfano lui-même la reconstitua soigneusement pour la deuxième création de l’opéra, en 1952, rebaptisé Sakuntala. C’est dans Sakuntala qu’Alfano trouva enfin son propre style musical combinant ses expérimentations musicales antérieures pour créer un chef d’oeuvre.

A la mort de Puccini en 1924, celui-ci laissa le troisième acte de son ultime opéra Turandot inachevé. Trente-six esquisses de la fin de l’opéra survécurent au grand compositeur. Les éditeurs des oeuvres de Puccini et le célèbre chef d’orchestre Arturo Toscanini hésitèrent à laisser l’opéra inachevé ou demander à un autre compositeur de terminer l’oeuvre. Il fut décidé que l’opéra devait être achevé et Toscanini choisit Franco Alfano pour terminer le troisième acte.

Alfano disposa d’un an pour terminer le dernier acte de Turandot puisque Toscanini souhaitait en donner la première audition pour l’anniversaire de la mort de Puccini. Alfano acheva à la hâte ce qu’il pouvait, utilisant les esquisses de Puccini et incorporant son propre style lorsque les esquisses n’étaient pas claires ou lorsqu’aucune musique n’était disponible. Alfano n’entendit les orchestrations des deux premiers actes que vingt jours seulement avant de rendre sa propre copie. Il n’y avait tout simplement pas assez de temps pour qu’il puisse se familiariser complètement avec les intentions orchestrales de Puccini pour son opéra.

La version finale d’Alfano fut donc rejetée avec éclat par Toscanini qui effectua de larges coupures dans son travail. A la première de Turandot à la Scala en 1926, Toscanini dirigea l’opéra jusqu’à la scène de la mort de Liu puis déposa sa baguette et déclara, “C’est ici que l’opéra se termine car à ce moment précis, le Maestro est mort”. Même si Toscanini et d’autres dirigèrent par la suite la majeure partie de la version d’ Alfano, il fallut attendre 1982 pour que l’opéra fût finalement entendu dans son intégralité. Cette version est devenue désormais très populaire. Toutefois, les critiques dont Alfano fit l’objet pour avoir complété Turandot ont largement éclipsé ses propres compositions qui, jusqu’à un passé récent sont restées dans l’obscurité.

Dans les années 30, Alfano se détourna de l’opéra pour se consacrer à des oeuvres pour orchestre, à la surprise de ses contemporains. Alfano composa plusieurs quatuors à cordes et une deuxième symphonie avant de revenir à l’opéra avec Cyrano de Bergerac en 1936.

L’orchestration de Cyrano de Bergerac fut délibérément simplifiée par rapport à celle de ses opéras antérieurs. Alfano s’intéressait davantage à exprimer dans chaque moment musical le drame inhérent à l’histoire plutôt que d’utiliser l’argument littéraire pour se livrer à des effets musicaux faciles. L’opéra contient quelques uns des passages les plus inspirés de la carrière d’Alfano. Cyrano de Bergerac reçut un accueil poli de la part du monde de l’opéra et Alfano ne devait plus composer qu’un seul opéra, Il Dottor Antonio an 1941.

Les oeuvres symphoniques ultérieures d’Alfano furent marquées d’un néo-classicisme simple et austère. Vers la fin de sa vie, il se tourna vers l’enseignement, occupant le poste de Surintendant puis de Professeur d’Etudes Opératiques au Teatro Massino de Palerme. De 1947 à 1950, il occupa les fonctions de directeur du Liceo Musicale de Pesaro. Franco Alfano s’éteignit en octobre 1954 à l’âge de soixante-dix neuf ans.
Liste des oeuvres du compositeur Afficher la liste des oeuvres présentent sur des cd Afficher toutes les oeuvres
Opéra Cyrano de Bergerac