WEBER (von) Carl Maria


Nom : WEBER (von)
Prénom : Carl Maria
Nationalité : Allemand
Date de naissance : 1786
Date de mort : 1826
Commentaire :

Issu d'une famille de musiciens, Weber est cousin germain par alliance de Mozart. De par la profession de son père, entrepreneur théâtral, il mène une vie itinérante.

Weber étudie le piano, puis le contrepoint avec Michael Haydn à Salzbourg, le chant et la composition à Münich.

Il compose son premier opéra à l'âge de douze ans. Il apprend la lithogravure avec Senefelder et grave, en 1800, ses 6 Variations sur un thème original pour piano.

1803 Création à Augsbourg de son troisième opéra Peter Schmoll et ses voisins.

1804-06 Weber va désormais partager sa vie entre la composition et la direction d'orchestre. Il dirige l'Orchestre de l'Opéra de Breslau. Ses tentatives de réforme lyrique au sein de l'Opéra crée des dissensions et il doit démissionner.

1807 A la suite de divers incidents, Weber est expulsé du territoire de Wurtemberg où il était répétiteur de musique des enfants du duc Ludwig à Stuttgart.

1811 Création de son opéra Habu-Assan à Münich.

1813-16 Weber est nommé chef d'orchestre à l'Opéra allemand de Prague. Il effectue de profondes réformes et réunit une troupe de chanteurs de premier plan dont fait partie la soprano Caroline Brandt qu'il épouse en 1817. Il fait exécuter plus de soixante-deux opéras de plus de trente compositeurs différents.

1816 Le dernier poste officiel de Weber sera à la direction du nouveau Théâtre de Dresde. Le compositeur, chargé de développer l'opéra allemand, rencontre de nombreuses difficultés dans le clan italien.

1818-1819 Weber compose deux Messes, en mi bémol et en sol Majeur. Le compositeur se tourne vers la musique instrumentale pour piano avec Polacca brillante, Rondo brillante, Invitation à la valse, et aussi vers la musique de chambre avec notamment son Trio pour flûte, violoncelle et piano .

1821 Création à Berlin du Freischütz de Weber, opéra purement allemand, en réaction contre les défenseurs de l'opéra italien. Le Freischütz est un triomphe et sera représenté dans toute l'Europe, la cause de nouvel art romantique est gagnée.

1823 A l'occasion de la création de son opéra Euryanthe à Vienne, il rencontre Schubert.

1826 Le Covent Garden commande à Weber un opéra. Malade de la phtisie depuis quelques années, Weber trouve la force de diriger à Londres la création de son dernier opéra Obéron dont le succès est énorme, il meurt quelques jours après. C'est en 1844 que ses cendres seront tranférées au cimetière catholique de Dresde sur une musique funèbre -inspirée de motifs d'Euryanthe- composée et dirigée par Wagner.

Le rôle de Weber dans l'histoire de la musique a marqué son époque : il est le premier grand musicien romantique allemand à s'opposer résolument au style italianisé établi. Sa rupture avec le classicisme viennois fut beaucoup plus radicale que celle de Schubert.

Compositeur pour piano, mais aussi virtuose du piano - Weber couvrait sans difficulté un intervalle de douzième- il brilla surtout dans l'improvisation. Il compte aussi parmi les plus grands orchestrateurs.

Weber exerça également des activités de critique, ses lettres et écrits divers ont fait d'ailleurs l'objet de plusieurs éditions, il a laissé une esquisse autobiographique, un roman inachevé et des poèmes. Son fils Max Maria (1822-1881) fut son premier biographe. Gustav Mahler terminera en 1888 l'opéra Die Drei Pintos que Weber avait commencé en 1820.

Liste des oeuvres du compositeur Afficher la liste des oeuvres présentent sur des cd Afficher toutes les oeuvres
Concerto J 109 (Op. 26) Concertino pour clarinette
Concerto J 114 (Op. 73) Concerto pour clarinette n° 1
Concerto J 118 (Op. 74) Concerto pour clarinette n° 2
Duo J 204 (Op. 48) Grand duo concertant pour clarinette & piano
Duo J 128 (Op. 33) Variations (7) sur un thème de "Silvana"
Messe J 251 (Op. 76) Missa sancta n° 2 "Jubelmesse"
Opéra J 106 Abu Hassan
Opéra Drei Pintos (die) [?]
Opéra J 277 Freischütz (der) [?]
Opéra J 306 Oberon [?]
Quintette J 182 (Op. 34) Quintette pour clarinette & cordes
Symphonie Symphonie n° 1