GESUALDO Carlo


Nom : GESUALDO
Prénom : Carlo
Nationalité : Italien
Date de naissance : 1561 ?
Date de mort : 1613
Commentaire :
Carlo Gesualdo, prince de Venosa, naquit probablement à Naples, vers 1561, au sein d’une famille aristocratique ayant des liens étroits avec l’Église - on trouve, parmi ses oncles, les archevêques Alphonso Gesualdo et saint Charles Boromée, ainsi que le Pape Pie IV parmi ses grands-oncles.
Son père s’entoura d’une sorte d’académie musicale, constituée entre autres des musiciens Dentice et Filomarino, et des théoriciens Effrem, Nenna, et Macque. Carlo Gesualdo fut ainsi initié dès son plus jeune âge à la musique - notamment au luth et à la composition - et en devint vite obsédé. Il composa tout d’abord sous le pseudonyme de Gioseppe Pilonij, mais la reconnaissance de son talent, et l’intérêt porté par le public, eurent raison de son anonymat.

Son premier mariage avec Maria d’Avalose, fille du duc de Pescara et cousine du compositeur, se termina sordidement quatre ans après par l'assassinat de Maria et de son amant, et l’issue tragique de ces noces contribua à la postérité de Gesualdo, qui est devenu le compositeur meurtrier de l’histoire de la musique.
Cette scène se déroula le 16 octobre 1590 : Gesualdo fit croire à une partie de chasse, et revint afin de surprendre sa femme en flagrant délit d'adultère avec Fabrizio Carafa, duc d’Andria, et de la punir. Le mythe veut que les blessures portées à Maria aient été uniquement à la région du bas-ventre, et que l’amant soit resté pendu jusqu’à ce que la pourriture trop avancée de son corps oblige Gesualdo à l’enterrer afin d’éviter une épidémie.
Cette condamnation si sévère de l’adultère, autorisée à l'époque, l’obligea cependant à se retirer dans la ville de Gesualdo, dans son domaine, qu'il ne quitta plus guère, pour se prémunir de la colère d’une des deux familles.

Gesualdo épousa, en seconde noce, Leonora d'Este, nièce du Duc Alphonse II de Ferrare, en 1594, à Ferrare, où il rencontra Luzzasco Luzzaschi, qui l'influença (il fit paraître ses deux premiers livres de madrigaux cette même année.).
Ce mariage fut un nouvel échec, à cause de l'infidélité de Gesualdo, qui alla jusqu'à partager sa couche avec un valet, et qui prit fin avec les scènes de flagellation qui contribuèrent à sa célébrité.

Gesualdo eut deux fils, dont un par mariage, qui mourront l’un après l’autre en bas âge. La mort du premier, par étouffement, serait imputable à Gesualdo. Celle du second, en octobre 1600, le marqua fortement, et pourrait être le point de départ des séances de pénitence si particulières, qu’il s'infligea par la suite.

Les crimes de Gesulado revinrent le hanter vers la fin de sa vie. La mort de son second fils fut-elle considérée par ce mystique comme l'œuvre de la justice divine, la condamnation de ses péchés, ce qui déclencha en lui le besoin d’expier ses fautes ? Cela expliquerait les pratiques masochistes, les scènes de flagellation avec de jeunes garçons pour, selon sa propre expression, « chasser les démons ».
Dans le même esprit, Gesualdo, fort pieux, offrit à sa chapelle, après son double crime, un tableau sur le Jugement dernier où il s'était représenté suppliant le Christ, et dans lequel se trouvait également Marie-Madeleine (ayant eu des mœurs légères...). On peut ainsi retrouver, symbolisés, tous les autres protagonistes de ce crime.

Carlo Gesualdo aurait été retrouvé mort, nu, le 8 septembre 1613, suite à une des séances de pénitence, au caractère si particulier, qu'il affectionnait. Selon certaines sources, cette mort aurait pu être volontaire, désirée - entre autre - par ces éphèbes qui étaient forcés à se prêter aux séances de flagellation.



Liste des oeuvres du compositeur Afficher la liste des oeuvres présentent sur des cd Afficher toutes les oeuvres
Motet, Psaume, Litanie, Anthem Motets à Marie (4)
Motet, Psaume, Litanie, Anthem Peccantem me quotidie
Motet, Psaume, Litanie, Anthem Tribularer si nescirem
Motet, Psaume, Litanie, Anthem Tribulationem et dolorem
Musique sacrée diverse Sabbato sancto