CLÉRAMBAULT Louis-Nicolas


Nom : CLÉRAMBAULT
Prénom : Louis-Nicolas
Nationalité : Français
Date de naissance : 1676
Date de mort : 1749
Commentaire :
19 décembre 1676, Paris - 26 octobre 1749, Paris

Louis-Nicolas Clérambault né à paris en 1676. Son père, violoniste des Vingt-Quatre Violons du Roy lui enseigne la musique. Puis le jeune Clérambault apprend l'orgue avec André Raison, Jean Baptiste Moreau (le compositeur de Saint-Cyr) l'initie à la composition. Il compose son premier grand motet à l'âge de treize ans.

Il publie son Livre d'orgue en 17 10, il est alors organiste de l'église des Jacobins, rue Saint-Jacques ou il a succédé à Nivers. Publication du Livre de pièces de clavecin en 1714 dans un style très français. Les sept Sonates et symphonies pour un ou deux violons et basse sont plus italianisantes.

En 1715, année de la mort de Louis XIV, la cour se déplace de Versailles à Paris, Clérambault prend la succession du compositeur et organiste Guillaume Gabriel Nivers à Saint-Sulpice. Il est promu au mois de mars organiste et compositeur à Saint-Cyr chez les Demoiselles de Saint-Cyr, cette école-communauté créée par Madame de Maintenon en août 1686, ou celle-ci s'est réfugié au décès du Roi.

Par contrat, Clérambault s'engage "d'avoir soin de leurs chants d'église, faire en sorte qu'ils ne soient point corrompus, de faire répéter de temps en temps les Dames et Demoiselles pour garder l'uniformité des voix et du chant dans les offices divins". Il doit également toucher l'orgue et veiller à son entretien. Fruit de son travail, il édite en 1733 deux volumes intitulés Chants et motets à l'usage de l'Eglise et Communauté des Dames de la Royale Maison de Saint-Louis à Saint-Cyr.

Clérambault compose aussi de nombreuses cantates. Il n'est pas le premier à utiliser la forme française de ce genre, qui prends de plus en plus d'importance sous la Régence. La cantate française s'apparente à un opéra de poche avec accompagnement de clavecin et basse, et occasionnellement un violon ou une flûte solo, le sujet en est le plus souvent mythologique - dans le goût des anciens

Le compositeur écrira vingt-sept cantates en cinq livres édités de 1710 à 1716 : Orphée, Médée, Les Forges de Vulcain qui sont jouées au Concert Spirituel créé en 1725 à Paris. Il compose également des cantates scéniques pour la Cour, Le Soleil vainqueur des nuages (1721) pour Saint Cyr, Le Départ du roi (1745).

On connaît peu de choses de la vie de Clérambault, bon époux, bon père, d'un tempérament heureux mais de santé fragile, il habite rue du Four à Saint Germain des Près, ses voisins proches sont Campra et Marc-Antoine Charpentier.

"Clérambault s'est fait connaître par la savante manière dont il touchait l'orgue; mais ce qui a contribué le plus à sa réputation, c'est le talent merveilleux qu'il avait pour le musique des cantates, où il excellait; il eût l'honneur d'en faire chanter devant Louis XIV que sa majesté entendit avec plaisir" ( Evrard Titon du Tillet - Vie des Musiciens et autres joueurs d'Instruments du règne de Louis le Grand - Le Parnasse français, 1732 )

Liste des oeuvres du compositeur Afficher la liste des oeuvres présentent sur des cd Afficher toutes les oeuvres
Cantate Op. 17 (Livre III - 3) Isle de Délos (l')
Cantate Op. 8 (Livre II - n° 2) Léandre et Héro
Cantate Op. 5 (Livre I - n° 5) Médée
Cantate Op. 3 (Livre I - n° 3) Orphée
Motet, Psaume, Litanie, Anthem Op. 116 Miserere à 3
Motet, Psaume, Litanie, Anthem Motets pour le calendrier de l'Eglise
Musique baroque diverse Simphonie à cinq
Oeuvre pour piano, clavecin, clavier solo Op. 44 Suite n° 2 pour clavecin
Opéra Triomphe d'Iris (le)
Sonate, Sonata Op. 51 Sonata n° 1 "Anonima"
Sonate, Sonata Op. 52 Sonate n° 2 "la Félicité"