CHEDRINE Rodion


Nom : CHEDRINE
Prénom : Rodion
Nationalité : Russe
Date de naissance : 1932
Date de mort : inconnue
Commentaire :


Rodion CHEDRINE
Moscou, 1932





Il étudie le piano et la composition au Conservatoire de Moscou (1950-55). Comme Prokofiev, il s’impose comme pianiste et compositeur avec son Concerto n°1 (1955), œuvre imprégnée de l’esthétique néo-romantique de l’époque.

En 1955-59, il compose son premier ballet, Le Petit Cheval Bossu, basé sur un conte populaire et qui marque sa première collaboration avec la célèbre ballerine du Bolchoï, Maïa Plissevskaia, dont il devient l’époux. Le comique et la satire étant une constante dans la musique russe, son goût pour l’humour se manifeste dans son premier opéra, Pas seulement l’amour (1961), dans son Concerto pour orchestre n°1 "Couplets polissons " (1963) et dans La bureaucratie, cantate satirique pour solistes, chœur mixte et ensemble de chambre (1963).

Restant fidèle à la tradition de Prokofiev et de Chostakovitch, son style évolue au cours des années 1964/68 : utilisation du jazz dans son Concerto n°2 pour piano et orchestre (1968), emploi libre de formes sérielles dans le Concerto pour un poète, pour contralto, chœur mixte et grand orchestre sur des poèmes d’Andreï Vosnessenski (1968), où transparaît l’influence du polonais Penderecki, le Concerto n°2 pour orchestre "le tintement des cloches " où il tente de faire se rejoindre la Russie ancienne et des sonorités néo-stravinskiennes dernière manière, œuvre créée à New York sous la direction de Leonard Bernstein en janvier 1968.

Avec le ballet Anna Karénine d’après Tolstoï (1972), dont son épouse est la chorégraphe et l’interprète, le compositeur revient aux procédés néo-romantiques et aux collages. En mai 1974, il joue la partie soliste de son Concerto n°3 pour piano et orchestre, Variations et thème où il cherche une nouvelle solution à la forme concertante. Citons encore un second opéra, Les âmes mortes, d’après Gogol (1976), La mouette, ballet d’après Tchékov (1979), Ouverture solennelle (1982) pour le 60e anniversaire de l’URSS, des pages chorales sur des thèmes historiques ou littéraire (Supplice de Pougatchev, Stanzas d’Eugène Onéguine, 1981), une suite pour neuf instruments, Les fresques de Dionysos (1981), Album pour la jeunesse, 15 pièces pour piano (1981), Stalin coktail, pour violon et orchestre de chambre (1992), Concerto " sotto voce " pour violoncelle et orchestre (1994).

Rodion Chedrine est titulaire de nombreux prix nationaux et internationaux, il compose des musiques pour le cinéma, le théâtre et les grands ensembles de Moscou.



Liste des oeuvres du compositeur Afficher la liste des oeuvres présentent sur des cd Afficher toutes les oeuvres
Sonate, Sonata Op. 100 Balalaika
Sonate, Sonata Op. 69 Echo sonata