VAUGHAN WILLIAMS Ralph


Nom : VAUGHAN WILLIAMS
Prénom : Ralph
Nationalité : Anglais
Date de naissance : 1872
Date de mort : 1958
Commentaire :
Down Ampney, 12 octobre 1872 – Londres, 26 août 1958

Après avoir perdu son père très jeune, il étudie le piano et le violon dans la résidence de sa grand-mère maternelle (dans le Surrey) où la famille s’est installée.

1890-92 Il étudie au Royal College of Music de Londres l’harmonie avec Gladstone, la composition avec Parry et l’orgue avec Parratt.

1892-95 Entre au Trinity College de Cambridge et travaille la composition avec Ch. Wood.

1895-96 Il retourne au Royal College of Music, est l’élève de Stanford et y rencontre Gustav Holst, nouant avec lui une profonde amitié.

1901 Il commence à composer des chansons populaires qu’il traite à la manière de Bartok et Kodaly en Hongrie.

1905 Il devient chef d’orchestre du Leith Hill Festival de Dorking, poste qu’il occupera de ci de là jusqu’à un âge avancé et compose les 3 Norfolk Rhapsodies pour orchestre, Toward the Unknown Region pour chœur et orchestre ; il travaille également sur A Sea Symphony (achevée en 1909) pour soprano, baryton, chœur et orchestre, d’après Whitman.

fin 1907-début 1908 Séjour à Paris où il étudie l’orchestration avec Ravel.

1910 Fantaisie sur un thème de Thomas Tallis qui évoque le style mélodique d’un compositeur anglais ancien.

1911-14 A London Symphony (œuvre qualifiée d’abstraite par le compositeur) et un opéra-ballade Hugh the Drover.

1914 Il s’engage dans l’armée britannique et sert à Salonique et en France.

1919 : il enseigne la composition au Royal College of Music (jusqu’en 1939) et en 1920 prend la direction du Bach Choir de Londres (jusqu’en 1928).

1920-30 Il achève A Pastoral Symphony dont la musique reflète l’aspect contemplatif de son inspiration et compose le Concerto pour violon et cordes (Concerto accademico), le Concerto pour piano, le ballet Job et 3 opéras (dont Sir John in Love et Riders to the Sea). En 1930, il reçoit la médaille d’or de la Royal Philharmonic Society de Londres.

1931-34 Oeuvre étonnante qu’est la Symphonie n°4 où Vaughan Williams expérimente des harmonies dissonantes dans des tonalités conflictuelles.

1938-43 Toute sa vie, il avouera une grande admiration pour Sibelius, nationaliste comme lui, et lui prouve en lui dédiant sa Symphonie n°5, œuvre lumineuse.

1944-47 Symphonie n°6, souvent considérée comme le chef d’œuvre de Vaughan Williams, dramatique et heurtée, elle se termine par un finale pianissimo, image même de la désolation.

1949 Il achève l’opéra The Pilgrim’s Progress.

1949-52 Sinfonia antartica, symphonie n°7, écrite pour un film consacré à l’expédition de Robert Scott au pôle Sud en 1912, œuvre réaliste, comparable à la Symphonie alpestre de R.Strauss.

1953-55 Il abandonne en 1953 le poste de premier chef d’orchestre du Leith Hill Festival, et se remarie à l’âge de 80 ans… à la poétesse et écrivain Ursula Wood ; il compose la Symphonie n°8, sorte de concerto pour orchestre témoignant de l’intérêt du compositeur pour les problèmes de sonorité.

1956-57 Il écrit sa dernière symphonie qui porte le fatal numéro 9 et qui a, comme pour de nombreux compositeurs, le sens de l’ultime, œuvre d’un pessimisme assez amer.

1958 Il meurt le 26 août à l’âge de 86 ans.

Vaughan Williams donna à son pays une tradition contemporaine profonde et authentique, grâce à une ampleur de vue, un nationalisme intelligent, un traitement résolument moderne de l’écriture harmonique. Ainsi il reste, avant Michael Tippett et Peter Maxwell Davies, le plus grand compositeur qu’ait produit la Grande-Bretagne au 20ème siècle.

Liste des oeuvres du compositeur Afficher la liste des oeuvres présentent sur des cd Afficher toutes les oeuvres
Concerto Concerto pour hautbois
Concerto Concerto pour piano
Concerto Concerto pour piano (arrangement pour 2 pianos)
Hymne Hymnes (4)
Lied, Chanson, Mélodie, Song Four Poems
Lied, Chanson, Mélodie, Song Merciless Beauty
Lied, Chanson, Mélodie, Song On Wenlock Edge
Lied, Chanson, Mélodie, Song Ten Blake Songs
Marche Sea Songs
Musique sacrée diverse Benedicite
Oeuvre orchestrale Fantasia sur 'Greenleaves'
Oeuvre orchestrale Fantasia sur un thème de Thomas Tallis
Oeuvre orchestrale In the Fen Country
Oeuvre orchestrale Partita pour double orchestre à cordes
Oeuvre pour choeur et orchestre Portraits des Tudor (5)
Oeuvre pour choeur et orchestre Serenade to Music (version chorale)
Oeuvre pour instrument solo & orchestre The Lark Ascending
Oeuvre pour instrument solo & orchestre Variations (5) sur Dives and lazarus
Oeuvre pour orgue Prélude & fugue
Oeuvre pour voix & orchestre Serenade to Music pour 16 solistes
Ouverture, Suite pour orchestre English Folk Songs - Suite (version orchestrale)
Ouverture, Suite pour orchestre English Folk Songs - Suite (version pour fanfare)
Ouverture, Suite pour orchestre Job : A Masque for dancing
Ouverture, Suite pour orchestre Wasps (the) - Les guêpes
Rhapsodie Norfolk Rhapsody No. 1, for orchestra (1906, rev. 1914)[4]
Symphonie Symphonie n° 1 'A sea symphony'
Symphonie Symphonie n° 2 'London symphony'
Symphonie Symphonie n° 3 'A Pastoral Symphony'
Symphonie Symphonie n° 4
Symphonie Symphonie n° 5
Symphonie Symphonie n° 6
Symphonie Symphonie n° 7 'Sinfonia antartica'
Symphonie Symphonie n° 8
Symphonie Symphonie n° 9